Bienvenue sur le site web du MPME
Email : mpme@mpme-ci.org
Tel. : (+225) 21 35 32 06 / Fax : (+225) 21 35 99 81
NAVIGATION: Accueil Présentation Activités Les chefs d'entreprise doivent apprendre les exigences de la gestion

Les chefs d'entreprise doivent apprendre les exigences de la gestion

Le mardi 7 octobre 2014, en prélude à la 5ème édition des journées nationales de promotion des Pme, le président de la Fipme, Boguifo Joseph est revenu sur l’appel du chef de l’Etat aux banques et fait l’état des lieux des Pme.

Quel bilan faites-vous de la Fédération Ivoirienne pour la promotion des Pme depuis sa création ?

La Fipme a été créée par feu Jean Baptiste Améthier en 1995. Notre ambition était de voir comment contribuer au développement des Pme et servir d’intermédiaire entre l’Etat et nos membres. Cela consistait déjà à faire un premier état des développements de l’entreprise, l’institut ivoirien d’entreprise, la Bourse de la sous-traitance etc. sont des résultantes de ces premières recommandations.

Dernièrement, une mutuelle de crédit et de financement a été mise en place afin de faire face au règlement de la dette de l’Etat vis-à-vis des Pme. Notre organisation patronale a fait l’objet d’une confiance du chef de l’Etat comme de nombreux comités de réflexion pour permettre à la Côte d’Ivoire de pouvoir atteindre son objectif de pays économiquement fort d’ici à 2020. Je veux qu’à la fin de mon mandat, nous ayons de véritables managers à la tête de nos Pme.

Le Président Ouattara appelait récemment les banques à soutenir davantage les Pme. Ce discours vous motive sans doute surtout que votre organisation compte 4818 Pme ?

Il faut avoir une vision. Et le Président Alassane Ouattara a cette vision pour la Côte d’Ivoire. Mais, il ne s’arrête pas à cette étape, il nous montre également la voie à suivre pour faire de notre pays, une nation émergente à l’horizon 2020. Il a mis en place son plan national de développement 2012-2015 qui dit comment parvenir à l’émergence. Ce plan nous dit également que l’ossature de cette politique va reposer sur le secteur privé, dont une grande partie sur les Pme. Mon souci est de voir le développement des Pme dans ce pays. Nous sommes sur la même longueur d’onde que le Président.

Peut-on aujourd’hui prêter à une Pme, car l’on vous reproche votre manque de compétitivité et de structuration ?

C’est une réalité mais c’est aussi un atout. Rien ne se fait au hasard il faut construire, il y a beaucoup de choses qui ont été faites en Côte d’Ivoire sans que le cadre législatif et réglementaire soit mis en place.

Que voulez-vous dire exactement … ?

Je veux dire que vous ne pouvez pas évoluer dans un environnement sans qu’on ne vous dise ce que vous avez le droit de faire et comment le faire. C’est maintenant que l’Etat met en place le guichet de création des entreprises, le tribunal du commerce et un certain nombre de structures pour améliorer l’environnement. C’est cela que j’appelle le cadre réglementaire et législatif. C’est donc maintenant qu’on a une loi d’orientation des Pme. C’est pourquoi il s’agit aujourd’hui de définir le cadre qui va permettre aux entreprises de se développer. Nous voulons donner la possibilité aux chefs d’entreprises d’être nantis de la culture entrepreneuriale.

Ces derniers doivent connaître l’entreprise et les exigences de sa gestion. Nous ne disons pas que tout ce qui se raconte sur les Pme est faux. Mais qu’il faut prendre toutes ces critiques en compte et les inscrire dans une réflexion globale.

La question de votre compétitivité constitue-elle le plus gros problème ?

La compétitivité englobe beaucoup de choses. Il faut miser sur la qualité, la capacité etc… tout est une question d’organisation. Cela passe par plusieurs étapes. Il faut former les hommes et leur donner la capacité de gérer leurs entreprises. Il faut une politique fiscale qui soit adaptée aux entreprises ivoiriennes et à nos réalités. Nous devons également créer les conditions du partenariat entre l’Etat et notre secteur. Il faut enfin créer les conditions d’accès aux banques, aux marchés publics et privés.

Vous organisez du 16 au 18 la 5ème édition des journées nationales de la promotion des Pme, que doit-on en attendre ?

Nous sommes effectivement habitués à faire des réunions chaque année pour poser les diagnostics de ce qui empêche les Pme de se développer. Mais qu’elles sont donc les solutions ? Notre thème s’articulera autour de « La problématique du développement et de la compétitivité des entreprises en Côte d’Ivoire : quelles solutions ? »

A travers ces journées, nous allons recenser les problèmes et proposer les solutions pour enrayer ces maux. Nous allons passer à la phase active du traitement des problèmes en établissant un chronogramme de suivi des recommandations. Il sera également procédé à la mise en place d’une cellule d’accompagnement de ces recommandations. Nous attendons 1.000 participants et une centaine de stands pour les artisans.

« L’Expression, numéro 1540 du mardi 7 octobre 2014 »

RESTEZ CONNECTÉS
facebook twitter flux rss
Lancement Officiel du Label Qualité et Ethique du MPME

Informations utiles

DOSSIERS

Les PME gagneraient à recourir aux modes alternatifs de règlement des litiges


La Lettre de la CACI (LCACI) a rencontré, en juillet 2010, M. Joseph Kouamenan AMISSAH, pour échanger avec lui sur les difficultés que rencontrent les PME...

Newsletter

Sondage

Après le point d’achèvement du PPTE, quelles mesures doit prendre le gouvernement ivoirien pour favoriser la compétitivité des PME?

Contacts

  • Abidjan (Marcory), 141 Boulevard de Marseille
  • Email : mpme@mpme-ci.org
  • Tel. : (+225) 21 35 32 06
  • Fax : (+225) 21 35 99 81