Bienvenue sur le site web du MPME
Email : mpme@mpme-ci.org
Tel. : (+225) 21 35 32 06 / Fax : (+225) 21 35 99 81
NAVIGATION: Accueil Présentation Activités PATRICIA YAO (fondatrice de QUICKCASH):" Ça n'a pas été facile car je n'avais pas un rond en poche."

PATRICIA YAO (fondatrice de QUICKCASH):" Ça n'a pas été facile car je n'avais pas un rond en poche."

alt

Dans cette rubrique, nous mettons en avant un entrepreneur ou une start-up pour le faire découvrir et partager son expérience entrepreneuriale. Notre invité aujourd'hui est Patricia Zoundi YAO fondatrice de la start-up QUICKCASH, qui est un service de transfert d'argent présent dans 5 pays (Côte d'Ivoire, Burkina Faso, Mali, Niger, Mauritanie).

1 - Bonjour Patricia, comment est née QUICKCASH?

P Y Z : Après diverses expériences dans l’exploitation des produits Western Union, Money Gram , Nous nous sommes rendu compte de certaines insuffisances des plateformes de transfert utilisées par ces grandes boites. En effet, elles ne pouvaient fonctionner que dans le monde urbain laissant du coup une grande partie des populations en marge de ce service qui pourtant est vital pour eux.

C’est ainsi que nous avons commencé à réfléchir à un système qui prendrait en compte les populations du monde rural surtout les plus reculées. D’où la naissance de QUICKCASH en 2010. Notre mission est de rendre le service de transfert d’argent accessible à toutes les couches de la population surtout celles du monde rural.

2 - Tu as toujours voulu être entrepreneur?

P Y Z : Le virus m’a été communiqué par ma Mère. En effet, enfant, j’aidais déjà ma mère qui était commerçante dans la vente de ses produits pendant les week-ends et les vacances scolaires. Je pense que cette initiation a eu un impact dans ma volonté de créer un jour une entreprise. Sans savoir au départ dans quel domaine j’allais me lancer. A la fin de mes études universitaires, et devant la rareté de l’emploi, j’ai fait deux tentatives de créations d’entreprises qui ont échouées. Cela n’a pas du tout été facile car je n’avais plus un rond en poche. Mais je ne me suis pas découragée après une auto motivation, je me suis lancée à nouveau.

3 - Dans un secteur dominé par les grosses pointures en matière de transfert d’argent (Western union, Money Gram...) comment ta start-up tire-t-elle son épingle du jeu?

P Y Z : Nous nous focalisons sur les objectifs que nous nous sommes fixés. Nous ne cherchons pas à calquer nos stratégies sur celles des leaders du marché car nous n’avons pas les mêmes moyens. Vous remarquerez que nous faisons très peu de communication média car très couteux pour notre jeune structure. Par contre nous avons d’autres approches que je ne vais pas dévoiler ici mais qui sont tout aussi efficaces. J’ose espérer que nous n’avons rien à envier aux multinationales du domaine. Je reste convaincue que nous tenons la route et que nous tiendrons encore.

4 -Tu as remporté un prix au CGECI ACADEMY 2014, selon toi qu'est ce qui a milité en ta faveur et que représente ce prix pour toi?

P Y Z : Je dis merci à Dieu, et je dédie ce prix à tout le personnel de QUICKCASH car c’est la détermination et l’esprit d’équipe de tous ses jeunes qui y travaillent qui nous a permis de remporter ce prix. Aussi, je pense que ce qui a milité en ma faveur pour ce prix est l’innovation que nous avons apporté. En effet, la simplicité d’usage de notre plateforme nous permet de toucher le monde rural. Cette cible en général est délaissée par les multinationales qui axent leurs stratégies sur les villes où il y a une connexion internet.

Pour QUICKCASH, le paysan qui se trouve dans sa plantation est également pris en compte par notre plateforme. Aussi, le client n’a plus besoin de se déplacer en ville pour faire ses transferts d’argent. Nous avons des distributeurs qui se trouvent donc dans ces localités muni uniquement d’un simple téléphone portable où est installée l’application afin de satisfaire la clientèle.

Ce prix représente un 1er pas dans cette quête de l’excellence dans laquelle j’ai inscrit QUICKCASH. Il faut donc redoubler d’effort afin de porter haut le flambeau des jeunes entreprises ivoiriennes et faire ainsi honneur à la CGECI qui, en nous remettant ce prix a eu confiance en nos capacités managériale et entrepreneuriale.

5 - Quels sont tes challenges au quotidien?

P Y Z : Mes challenges au quotidien se résument en trois points essentiels :

1) Veillez à la qualité des prestations que nous offrons au quotidien à travers des transactions fiables, rapides et sécurisées ; un service client à l’écoute des moindres préoccupations de nos clients etc…

2) Permettre la disponibilité du service jusque dans les zones les plus reculées de la Côte d’Ivoire en ouvrant chaque jour de nouveaux points de vente QUICKCASH.

3) Pouvoir tisser des partenariats à l’international afin de satisfaire toutes ces populations étrangères qui vivent dans nos villages et qui souhaitent bénéficier des services de transfert d’argent vers leur pays d’origine surtout dans la zone UEMOA.

6 - Un message à l'endroit des aspirants entrepreneurs?

P Y Z : Pour réussir il faut oser se lancer dans la voie que l’on a choisie et y croire quoiqu’il arrive. Le chemin est long, jonché d’embuches mais la victoire est au bout de l’effort.

lentrepreneuriat.net

RESTEZ CONNECTÉS
facebook twitter flux rss
Lancement Officiel du Label Qualité et Ethique du MPME

Informations utiles

DOSSIERS

Les PME gagneraient à recourir aux modes alternatifs de règlement des litiges


La Lettre de la CACI (LCACI) a rencontré, en juillet 2010, M. Joseph Kouamenan AMISSAH, pour échanger avec lui sur les difficultés que rencontrent les PME...

Newsletter

Sondage

Après le point d’achèvement du PPTE, quelles mesures doit prendre le gouvernement ivoirien pour favoriser la compétitivité des PME?

Contacts

  • Abidjan (Marcory), 141 Boulevard de Marseille
  • Email : mpme@mpme-ci.org
  • Tel. : (+225) 21 35 32 06
  • Fax : (+225) 21 35 99 81